Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
 
 
 
   
 

Un torrent d'écume jaillissait de cette énorme gueule noire , venu des profondeurs de la terre comme la régurgitation d'un animal mythique. Quelle mer intérieure était capable de rejeter tant d'eau ? Y aurait-il un autre monde là dessous ? Un univers extraordinaire, avec des immensités insoupçonnées ou les hommes se perdraient s'ils s'y aventuraient, peut-être même que certains s'y sont oubliés, ou y ont -ils crée un autre monde ? À y voir de plus près, y retrouverions-nous certains de chez nous depuis longtemps disparus ? Qui sait ? C'est sûr qu'autant de délires ont dû traverser les esprits .

Ce ne sont que de grosses pluies d'automne ayant depuis des jours infiltré le plateau du Jura pour rejaillir ici avec une force inouïe. Les sources du Lison que Courbet a peint si souvent dans sa tranquillité habituelle prennent là des allures de monstre capable de tout envahir, de tout engloutir sur son passage dévastateur. À ces moments on ne mettrait pas un chevalet au bord de la rivière, l'aquarelliste avec la bruine retombant après l'explosion dans les gros bouillons, aurait de quoi mouiller son papier.

Cette source en a vu bien d'autres depuis des millions d'années qui lui ont permis de tailler dans la roche cette reculée si pittoresque, aujourd'hui visitée par tant de touristes, mais que devait-elle représenter quand les premiers hommes l'ont approchée pour la première fois? Elle devait être l'objet te touts les débordements imaginaires, mêlant la peur, les fantasmes, les désirs secrets de puissance, les impressions d'être au plus près des dieux, qu'elle fut longtemps sujette à vénération. Alors laissons nous envahir par la contagion, par cette déferlante dans nos têtes à l'image des ses flots tumultueux et osons rêver , n'est ce pas notre nature à nous de pouvoir justement nous faire des histoires et de ne pas nous contenter de regarder la simple esthétique d'un tel endroit. Il y a de la magie là de dans, alors laissons-la nous envahir et voyager sur ce lac mystérieux ? Ne pourrions-nous pas y retrouver Homère et bien d'autres encore ?

 

 
Retour

Aquarelle de Franche-Comté: Source du Lizon


 

L'aquarelle :

Quel difficulté à transcrire en aquarelle cette eau tumultueuse, à partir des blancs , là en plus, il y a de la vapeur, de l'eau pulvérisée en suspension dans l'atmosphère Dur, dur .

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org