Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
      
 

Bois de Miserey


Pour peu que la météo soit clémente, ne serais-ce que pour ravir les chercheurs de champignons, la Franche-Comté se pare alors de couleurs extrêmes. Sous les hautes futaies persistent encore des verts printaniers qui viennent flirter avec les roux de l'automne. C'est le moment des pires extravagances, les chemins prennent des allures de queues de comètes, les arbres en armées de soldats, fières de leurs accoutrements bariolés, s'exposent comme des totems sacrés à on ne sait quelle divinité. Les sous-bois captivent le regard, attirent le promeneur, l'hypnotisant jusqu'à le perdre dans la farandole des feuilles envolées. Il faudra bien du courage pour s'extraire de ce milieu envoutant et retrouver la réalité de notre monde. La folie peut ne durer que quelques jours parfois. Il suffit d'un coup de gel pour tout s'éteigne. A de rares occasions, la fête dure, se répète, se répète encore mille fois dans les mariages de couleurs sans cesse renouvelés, mais ces fois-là, si des bleus clairs remplissent le ciel, dès quatre heures, à l'horizon, des rougeurs s'amplifient inondant toute la campagne d'un feu d'or et de sang.

C'est trop, cela ne cessera-t-il donc jamais? L'hiver arrivera-t-il enfin? pour qu'on se repose, pour qu'on s'enferme dans l'ombre de nos maisons, au coin du feu, en paix. Mais où sont les nuages annonciateurs de la neige? Du silence? Du froid? Car il nous en faut, il purifie, il nous met en face de nos limites de notre petitesse et nous ramène à plus de modestie. Le comtois pour être heureux a besoin de sentir l'onglée, le givre, la bise lui sécher la peau et les lèvres. Ce n'est qu'au delà de tout ça qu'il acceptera peut-être de revoir le printemps.


 

 
Retour

Aquarelle de franche-Comté:Bois de Miserey


 

L'aquarelle


Le soucis dans cette peinture était de lui donner de la densité et de la profondeur. Les plans successifs du chemin le permettent. Gand plaisir à réaliser cette peinture.

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org