Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
  Lacoste
Lacoste fait face à Bonnieux , regarde le Luberon depuis sa colline surplombant la vallée. C'est un village du matin alors qu'il est baigné par un soleil encore rasant. C'est là que la lumière et l'ombre dessinent le mieux le village, son architecture médiévale, les pentes de ses ruelles étroites courant au long de sa colline jusqu'au plateau de son  château du XII em siècle. Il fut la demeure du Marquis de Sade puis pillé à la révolution et en partie détruit. Enfin restauré par Pierre Cardin  qui y développe des animations artistiques  avec une salle de spectacle monumentale à ciel ouvert dans les anciennes carrières de pierre.
J'aime particulièrement ce village qui dégage une ambiance surprenante . On s'y trouve vite transporté en plein moyen âge avec ses ruelles en calades, le pas de porte renaissance de son ancienne boulangerie, son beffroi, ses portes fortifiées dans ses remparts. On serait vite tenté de le classer dans les villages musées, il n'en est rien. Ce village vit avec son école, sa mairie  son café , le café de France, lieu de toutes  les retrouvailles, à l'accueil bien provençal, ou il fait bon s'assoir sur sa terrasse devant un verre bien frais, regardant Bonnieux, délicieusement emporté par la rêverie. Ce n'est que du plaisir. J'y vais, j'y retourne sans cesse et je suis à chaque fois séduit et conquis. Les plus connaisseurs diront que lacoste  se gagne par le cheminement sur ses chemins d'accès qui laissent le village s'ouvrir peu à peu au regard, mais ça c'est une autre histoire, une autre aquarelle aussi.
 

 
Retour

Aquarelle de Provence: Coin de rue à Lacoste


 
L'aquarelle
C'est un coin entre deux ruelles à Lacoste, entre ombre et lumière ou la pierre chaude d'un coté contraste avec le moisi de ses pierres encore fraiches à l'ombre qui captent le peu d'humidité ambiante et laissent transpirer des effluves de terre moisie et de mousse. Je voulais faire ressortir tout ça  avec ce coté immobile d'un lieu de vie pétrifié, oublié même, avec ses vieux bois, ses peintures écaillées, ou l'on sent le temps qui passe . Je suis assez satisfait du résultat  qui est somme toute  fidèle à la sensation que j'ai eu et qui m'a motivé pour cette aquarelle.
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org