Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
  Après un tour de marché sous les grands platanes de place du bassin, nous avons filé le long d'un beau chemin entre les vignes en direction de Vaugine. Jusqu'au dernier instant, le village est resté invisible à nos yeux et il fallut avoir passé l'oratoire perché sur son épine rocheuse et versé dans la pente pour aboutir juste derrière cette belle église romane de Vaugine. Là encore, une belle esplanade de platanes immenses et majestueux, lesquels couvrent le ciel en donnant une lumière chaude . Un banc de pierre nous rappelle qu'ici s'est assis le Papé « Yves Montant » dans Manon des sources, alors  le calme aidant, les images fusent et me remplissent de souvenir d'un temps ou ce pays était encore plein d'histoires romanesques et folles. Je revois ces personnages de légende sur le parvis de l'église, les voix raisonnant d'un accent chantant qui donnait aux scènes dramatiques un sens encore plus puissant. La voix de mon épouse me fit alors sortir de ma torpeur et me ramèna à notre balade. En bas du village une petite source sort entre des pierres et récompense le courageux d'une eau claire et fraiche avant qu'il ne reprenne cet autre chemin des basses terres en direction de Cucuron. Cette route, probablement très anciene raconte une histoire, celle de ces paysans lourdement chargés qui l'ont creusé dans les alluvions de la Durance pour lui donner de la pente, créant ainsi de véritables falaises sur ses cotés que la végétation eut bien vite fait de recouvrir au point qu'aujourd'hui des arbres maigres, entremêlés, penchant au dessus de la sente, en viennent a former un véritable tunnel de végétation, lui donnant des allures d'Italie profonde et secrète. Plus loin, la route courre à flanc de colline entre les vignes et au détour d'un dernier virage, livre comme un gâteau dans sa boite, Cucuron, construit comme une pièce montée, oubliée là par une mariée extravagante   qui aurait préféré s'enfuir dans la montagne en direction du Mournègre.  

 
Retour

Aquarelle de Provence: Entre Vaugine et Cucuron


 
L'aquarelle:

Je voulais à la fois recréer cet atmosphère chargé de mystère provoqué par cette ombre et cette lumière tout au fond. En même temps, je voulais lui laisser une sorte de légèreté, une douceur apaisante contrastant avec les griffures profondes laissées par l'érosion et la peine des hommes avec une végétation sauvage emmêlée. Je me suis arrêté là , forcer les contrastes pouvaient tout faire basculer dans un brouillard inexpressif.
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org