Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
  Le sentier du bisse

Il est de ses sentiers ou on peut flâner et nous laisser porter par le cours du canal qu'il suit. Contrairement à ces grandes courses d'en haut, ou le regard se perd au loin dans la forêt des quatre mille, ici, c'est une sorte de voyage intérieur, une recherche d'intimité et de douceur. Ce n'est pas une lutte avec la nature et les éléments, c'est un accompagnement ludique un flirt.
La caractéristique des sentiers de bisses, c'est de courir à flancs de massifs, avec peu de déclivité. N'oublions pas que ses sentiers, il y a cent ans suivaient, pour leur entretien, les canaux de captage des eaux de torrents qui étaient vouées à l'irrigation  des pâturages et des cultures. Ces canaux étaient taillés dans le flanc de la montagne gainés de dalles de pierre, jalonnés d'écluses, ou parfois suspendus dans les airs portés par des troncs de bois évidés ou circulait l'eau.

Ce sentier du Bisse prend ses eaux à la cascade du Prilett et va glisser doucement à travers les pâturages, passer au dessus de St Luc  pour continuer au delà. J'aime ce parcours ou l'on a pas toujours  besoin de regarder ou l'on pose le pied, alors l'esprit peut s'évader , la rêverie peut nous emporter dans des introspections hasardeuses sans toutefois nous y abandonner. Bercé par les ondulations du sentier, le paysage est superbe particulièrement en automne avec les mélèzes en feu. Vers le haut le Touno déjà poudré de neige, veille et donne une impression d'inaccessibilité qui rassure. A chaque détour, on peut s'assoir sur une pierre, un talus, regarder au loin Grimentz,  St Luc  en dessous et le Prilett. Après les herbages, on est appelé par le bruit de l'eau, puis par le grondement du torrent qui descend  du chalet blanc. Par un beau pont de bois, on entre dans le bisse couvert par la foret, l'eau y ruisselle dans de grandes gouttières de lauzes grises . En surplomb, le sentier est marqué de taches éblouissantes de lumière jetées comme des étoiles dans la pénombre à travers les arbres par le soleil. Ce tunnel magique ne semble pas finir et l'on s'enfonce, on s'enfonce encore  dans la massif. Par moment, il fait presque nuit. Le torrent qui descend de la Bella tola gronde, puis se tait, pour gronder encore plus fort, quelques mètres plus loin.  Le bisse disparait dans la montagne par un bel ouvrage de pierre et d'écluses. Le sentier bascule jusqu'au torrent ou il retrouve la piste de de ski du Prilett. De là un autre bisse part vers Gilou.
 

 
Retour

Aquarelle du Valais: St Luc : le sentier du bisse


 
L'aquarelle

C'est un endroit ou j'aime me poser. Je voulais lui donner son aspect à la fois accueillant avec un brin de sévérité. Je voulais que l'on sente ce sentier , qu'on ait envie de le suivre. Si le dessin fut spontané, la couleur fut laborieuse. J'ai du mal avec ce papier qui pompe la teinte et la ternit. A un moment j'ai du arrêter car j'avais déjà dépassé la densité de couleur souhaitée occasionnant une perte de luminosité que j'ai relevée par des taches plus pointues.
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org