Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
      
  Mazot à Chandolin

Perché sur un éperon rocheux   juste au dessus du Rhône à l'entrée du Val d'Anniviers, Chandolin, du haut de ses 2000 mètres en balcon, regarde le Cervin et ses voisins de plus de 4000 mètres d'altitude. Ce village exposé plein sud est resté longtemps le village  le plus haut  de Suisse habité toute l'année. D'abord composé d'une seule rue, les fermes possédaient en aval des mazots pour le bétail et le stockage. Aujourd'hui s'ils n'abritent plus les vaches, les mazots ont traversé le temps  et servent encore de remises pour le bois entre autre. Celui ci m'a particulièrement séduit parce qu'il est encore plein de vie. On sent l'activité, il a  ce charme d'une vieille bâtisse tassée sur elle même comme une très vieille dame . Les bastings grossiers à peine équarris, marqués des coups de hache qui les ont taillé, ont tellement pris le soleil depuis tant d'années qu'ils sont devenus presque noir. L'échelle de meunier qui amène au petit balcon permettant d'accéder à la pièce ou le paysan stockait la viande à sécher, sonne encore des pas qui ont usé ses planches. Avec sa casquette de neige, il se dresse avec fierté et regarde le Val. Il porte dans ses veines le travail des hommes, des charpentiers  qui avec art ont su monter ses assemblages. Le bois résiste mieux que tout aux intempéries, il prend ses couleurs chaudes, il s'oxyde, s'érode, mais tient bon. Combien de générations celui ci verra t il encore? Lui dédier une aquarelle est le moins que je puisse faire.
 

 
Retour

Aquarelle du Valais suisse: Petit mazot à Chandolin


 
Chandolin en Valais suisse: un mazot du vieux village.
L'aquarelle:   Ca n'était pas gagné. Avoir une grosse masse brune occupant  une grande partie de la feuille me troublait un peu et j'avais du mal à imaginer le résultat. Les couleurs restaient ternes et se mangeaient entre elles . Ce fut en fonçant encore d'avantage que la lumière vint. Les contrastes s'installèrent peu à peu et l'équilibre se forma. L'expérience vient par le travail et apporte  la connaissance. C'est encore tout nouveau pour moi de faire des aquarelles de montagne. Je suis encore très vite dépassé par des couleurs des formes des espaces que je ne sais par très bien manipuler. Toutefois je sens quelque chose qui pousse et qui me donne bien du plaisir.
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org