Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
  La chaîne

Comment se fait-il que les bords de mer laissent toujours entrevoir des vestiges oubliés de l'histoire partagée des hommes avec elle ? Y a-t-il là justement une culture? Un besoin de laisser aux vues de tous des reliques, des cimetières, des souvenirs qui dans un espace de friche, sauvage,  renouent le lien avec un passé. Les gens de la mer ont-ils un culte, des croyances  qui utilisent ses décors ? N'y a-t-il pas là un jeu avec la mort et l'éternité ? Où est-ce seulement le fruit du désordre des hommes ? Quoi qu'il en soit, ce sont toujours de beaux objets qui s'usent, vieillissent dignement et deviennent les sujets de bien des photos, de bien des peintres soucieux d'originalité, et d'esthétique.
En Croatie, sur un terre-plein herbeux, en bordure de route, serpentait sur le sol une énorme chaîne de bateau, oubliée là depuis des lustres, elle semblait se moquer de la rouille qui tentait de la ronger. Il faut dire que le métal sorti il y a bien longtemps du feu des forges, n'avait rien à craindre des intempéries, tout au plus auraient-elles  de quoi lui donner de belles couleurs.
 

 
Retour

Chaine de bateau


 

L'aquarelle :

Le thème est insolite et prend des allures de nature morte, l'objet à lui seul est harmonieux, mais l'aquarelle ne restitue pas la taille de la chose, ce qui tend à la priver d'une partie de sa puissance.

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org