Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
 

Choyes  le ruisseau

Au retour d’une virée à Gray, en traversant ce village de Choyes, mon regard se fixe successivement sur les berges d’un petit ruisseau qui traverse la route sous un petit pont de pierre. La Haute Saône est encore un de ces rares départements de France qui reste authentique, enfoui dans une vraie ruralité, rempli de charmes simples, de tendresse et d’intimité. Ici pas de paysage à vous figer le sang par l’émotion ou par sa scandaleuse grandiosité, pas de choc causé par violence des couleurs, ici tout se lit dans la discrétion, presque dans le secret, dans la subtilité des tons sur tons. Que de bijoux resteront ainsi cachés? Combien de témoignages des hommes et du passé, combien de vallons ou l’on peut se sentir humain en harmonie avec son environnement, que de forets mystérieuses, que de petits murs, de ruisseaux, de haies qui tracent des lignes comme autant de messages pour des aventuriers perdus. Un temps j’ai cru pouvoir me passer de tout ça pour des contrées plus séduisantes. Aujourd’hui je sais que je ne quitterai pas cette terre, car je l’ai dans les tripes, je la respire,  

 

 
Retour

Choyes, Haute Saône


 

Cette aquarelle fut une vraie lutte. Le papier que je ne connaissais pas, une nouvelle marque de couleurs s’accordaient pour me contrarier. La couleur bavait, le papier pompait l’eau comme un buvard rendant les contours incertains et flous là ou je les voulais nets, la teinte se fondait et se ternissait par une disparition du pigment dans l’épaisseur de la feuille, la galère. le résultat n'est pas inintéressant il donne un flou qui reflette bien les mélanges de tons.

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org