Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
 


Ma fille Juliette à décoré un mur de sa chambre avec de grands coquelicots décoratifs  collés sur la peinture blanche. Elle voulait une peinture  qui fasse résonance  dans l’ambiance. Cela me faisait plaisir qu’elle ait envie dans sa chambre d’une peinture de son père.

D’une certaine façon cette aquarelle lui ressemble un peu. Elles sont toutes les deux de tempérament rouges, de ces rouges denses et profonds qui ont un caractère puissant et déterminé. Elles occupent  le terrain et se répandent sans compter. Les harmonies se composent de subtils mélanges gracieux, séduisants, tantôt dures tantôt tendres. Perchées sur de longues tiges leur donnent de l’élégance et de l’élan sans pour autant les rendre fragiles. L’ensemble est inachevé et très féminin.

 

 
Retour

Coquelicots pour Juliette


 

Coquelicots pour Juliette.

 

Je voulais faire une aquarelle  de coquelicots saturée de rouge. Ce n’était pas une commande, mais dès que je l’ai commencée ma fille Juliette en a réclamée pal destination.

Je voulais une aquarelle simple, massive, saturée, forte. Très vite la peinture m’a échappé. Le papier réagissait bizarrement à la couleur  et je n’arrivais pas à trouver le bon ton et la bonne densité.   L’effet était pâteux avec un manque de relief. J’ai cru devoir l’abandonner et recommencer, j’ai persisté malgré tout  et le résultat  est intéressant. Ce n’est pas ce que je voulais au départ,’est autre chose. Pour moi les coquelicots manquent de transparence et de fragilité, mais en même temps ce sont bien des coquelicots de Franche Comté, puissants, colorés de rouges denses et profonds, allant de tons de rose, d’orange, de vermillon, de carmin, de rouges ocrés, bleutés, pour se fondre en leur cœur dans un noir à la fois brun et bleu. Les fonds jaunes et verts flous, permettent aux coquelicots d’occuper tout l’espace.

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org