Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
 

Les pavots d'Ella Maillart

Cette aquarelle est la première d'une série pas encore très bien définie dans ma tête mais qui portera le nom de «  Rouge ».

J'ai fait cette peinture en hommage à Ella Maillart et je pense orgueilleusement qu'elle lui aurait plu. Si elle avait été encore vivante , je me serais fait un plaisir de la lui offrir. Cette femme m'a fasciné, autant à travers ses ouvrages, ses interviews, je l'ai approchée plusieurs fois mais je ne suis pas arrivé , probablement par timidité, à m'entretenir avec elle. Un jour, je pris ma fille Ophélie par la main et je l'emmenai jusqu'à son chalet dans l'espoir qu'elle accepte de nous recevoir pour un entretien et pour qu'elle transmette à  cet enfant un message fondateur comme je pus le faire plus tard avec Albert Jacquard. A l'instant ou j'allais lui adresser la parole, elle fut distraite puis accaparée par un couple qui arrivait en même temps que nous et qu'elle attendait peut-être. L'été suivant je ne la vis pas, puis elle disparut. Je m'en suis toujours voulu et aujourd'hui alors que je jouis des espaces qu'elle a tant fréquenté, tant aimé, je la sens très présente et je pense beaucoup à elle car elle a donné une lecture très spéciale de cette montagne. Combien de fois ai je visité son petit musée de Chandolin?, un jour en descendant du premier étage de son exposition, au pied de l'escalier, entre deux raccards, éclaboussés par le soleil, trois pavots dansaient comme soulignant une présence. Ce jour là je me suis dit que je lui dédirais une peinture de pavots.

 

 
Retour

Les pavots d'Ella Maillart


 

L'aquarelle

J'avais très peur pour cette aquarelle, je ne savais pas comment traiter la légèreté des pétales, ni comment composer les rouges . Sur ce papier capricieux qui a tendance à baver un peu, ou a rétracter les pigments, il était périlleux de faire des aplats. L'excitation dans ce travail eut raison de l'angoisse, les mélanges de rouges, fusèrent et l'aquarelle sortit d'un coup, puis à un moment je me suis dit stop, on ne touche plus et voici ce que ça donne.


 

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org