Carnet de voyage


   
 
 
   
      
 

Par un après midi orageux au sortir d’un vallon remontant d’Aiguebrun, nous débouchons sur la route entre Saignon et les Auribeaux. Juste en face se dresse un frêle olivier ballotté par le vent, à moitié en équilibre au dessus d’un mur extraordinairement monté. Le plateau des Claparèdes est dans tous ses états, la lumière se froisse comme du papier aluminium. Des traits d’argent glissent à toute vitesse et se perdent aussitôt.

 

 
Retour

Luberon. Olivier sur le mur de Saignon


 

Dans cette aquarelle j’ai tenté une opposition par contraste entre la force végétale avec du mouvement et des couleurs vives  en rupture avec le minéral statique et gris de la pierre. J’ai souhaité sortir de l’atmosphère du moment dominé par les gris de l’orage.

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org