Carnet de voyage


 

Le village pointe plein Ouest. Il se prend le mistral et les rabasses, mais il a le soleil couchant et reste un des derniers villages éclairé. Même en été il peut y faire froid. Le vent peut accélérer dans ses ruelles étroites et vous emporter et pourtant certains matins nous avons eu le plaisir fou de prendre, entre deux orangers empotés dans de grandes gares de céramique verte, des petits déjeuners fumants et odorants avec de belles tartines et une confiture maison. La dame du lieu n’avait rien d’un serveur du café de Paris, Pagnol lui aurait bien donné un rôle. Nous  avons séjourné bien des fois pas très loin de l'horloge avec nos amis Journu, lui y confectionna ses premières photos  et peut-être le goût pour une certaine esthétique.   

 

 
Retour

Luberon. Saignon l'horloge


 

Saignon. J’ai peint cette aquarelle il y a bien longtemps et pourtant elle me plait comme au premier jour. J’aime sa chaleur, ses formes et la mise en scène.

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org