Carnet de voyage


 

La passe de Vaugines : endroit étonnant. On y arrive depuis Apt en prenant la direction de Sivergues. L’émotion vous gagne dès le sortir de la ville lorsque vous commencez à prendre la cote pour atteindre le plateau de Claparèdes. Là, d’un coup la petite route plonge dans un autre monde, une petite vallée jusque là restée invisible. Le chemin serpente remonte replonge et vient de temps à autres se cogner contre de splendides bastides, puis, Sivergues, haut lieu du Luberon, dont on parlera une autre fois. Le chemin traverse le village et s’enfonce dans une faille du massif et vient surplomber le Castelas. Là encore c’est toute une histoire que dis je des histoires dont celle de Jiani. Le chemin s’attaque enfin à la dernière pente vers le sommet. De l’Ouest  et au Nord on voit Avignon, le Ventoux, la montagne de Lure. Le sentier passe dans le rocher ou se trouve en surplomb comme si vous étiez dans une reculée des Alpes. De l’autre coté, après l’arête sommitale, le sentier se perd dans les flancs du monstre saute de cotes en cotes sans jamais laisser l’espoir que cela finisse, puis d’un coup le val s’élargit  et débouche dans la vallée derrière Vaugines. Fatigué, il ne vous reste plus qu’a vous asseoir sous les immenses platanes de son église et à rêver à Manon des Sources ou au Papé, comme il vous plaira..

 

 
Retour

Luberon vers Vaugine


 

Aquarelle type d’un bon travail et d’un résultat décevant. Elle ne rend pas ce que j’attendais d’elle. Il y a de la couleur mais elle manque de profondeur, les rochers semblent écrasés. Seul le Ventoux à l’horizon restitue de l’espace. Malgré tout des petites parties de cette aquarelle comme le mur, le premier plan, et l’arbre dans le dévers me vont bien.  

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org