Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
  Chemin des Dames  ou le sentier d'Ella Maillart


S'il est des sentiers qui poussent à la rêverie celui ci en est.  Entre ombre et soleil le chemin tire une ligne au dessus des toits de Chandolin. Pour une fois pas de fatigue pas d'effort, il suffit de se laisser porter par cette frise, profiter du paysage, de ces regards sans cesse renouvelés sur le village, sur la montagne, c'est encore se poser sur un de ces bancs qu'Ella aimait tant, et ouvrir un livre tout en se laissant charger par le soleil de cette chaleur fluide et pénétrante   qui tend à nous remplir d'une énergie renouvelée. Alors, emporté par l'histoire qui se déroule de pages en pages, l'esprit vagabonde, flotte très loin au delà des montagnes dans des contrées imaginaires au milieu des personnages du roman. Par petites touches à chaque levée du regard, les yeux se chargent de quelque nouvelle perle de charme, rassasié et rassuré, le lecteur peut plonger à nouveau dans son rêve, plus loin encore, plus profond aussi. Ce n'est que bien plus tard que régénéré, gorgé de bonheur, le promeneur reprend le chemin pour un autre voyage, le belvédère peut-être pour y retrouver Ella Maillart dans un échange tellurique, magnétique, qui tend à prouver qu'il est des lieux pas comme les autres ou l'homme prend conscience de quelque chose qui le dépasse, quelque chose qui le met au coeur d'un monde indéfinissable ou, dans un rapport à l'univers, il entre au plus profond de lui même, touche à l'universalité de l'âme ou chacun trouve sa liberté et son goût pour sa belle mort. C'est là qu' Ella se ressourçait , là ou elle retrouvait le Tibet, l' Himalaya . C'est là aussi qu'elle souhaita que ses cendres soient dispersées. Au bout du chemin, là ou tout s'arrête, c'est là que tout commence enfin.
 

 
Retour

Peinture du Valais; Chandolin: Le chemin des Dames


 
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org