Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
  Délire végétal devant le chalet les mésanges à Zinal

 Il était encore tôt, si la lumière avait déjà envahi le coteau c'était par reflet car le soleil n'était pas encore arrivé jusque là. Le chalet "la Mésange" encore endormi baignait dans une mer de verts éclaboussée par endroits de taches blanche des Berces et de couleurs vives des fleurs rehaussées par la rosée du matin. Personne n'avait encore froissé ce délicat manteau, il y a longtemps  que les bidons de lait ne sont plus dressés devant la porte. Peut-être arrive t il encore de temps à autres d'entendre des enfants jouer et crier, mais ce n'est plus d'avoir reçu dans l'œil une giclée du lait directement parti du téton de la belle, tiré et tordu par la main experte du Mathieu le cul soudé à son tabouret. Tous ces chalets ont perdu une partie de leur âme mais il reste des traces indélébiles d'un passé que la vocation de résidence secondaire n'arrivera pas à éteindre. L'ambiance emprunte de nostalgie est toujours là, on imagine derrière la fenêtre le charmant désordre  et l'aménagement autant sommer qu' anachronique de tout mayen qui se respecte, le rideau délavé, usé, les gouttières de bois, tordues par tant d'eau, tant de neige, rafistolées  de fils de fer, laissent quelques espoirs . Il a quand même une sacré gueule ce chalet dans son écrin de verdure. Il nous a bien ouvert l'appétit de sensations fortes que le reste de notre balade jusqu'à St Luc ne contredirait pas, bien au contraire  car le parcours de la course Sierre Zinal à rebrousse poils est une des plus belles balades du coin  
 

 
Retour

Peinture du Valais; Zinal. Délire de prairie


 
L'aquarelle

Je suis tenté de peindre ce que je crois ne pas pouvoir réaliser, les sites qui m'interrogent m'obsèdent par l'émotion qu'ils produisent et les interrogations techniques qui s'en dégagent. Comment créer de la profondeur? Comment traiter l'arrière plan? Comment donner du volume dans ce premier  plan? Comment traiter ces verts en rendant ce coté frais et printanier sans tomber dans de l'aigreur? Autant de challenges et d'aventures à vivre  qui remplissent mon quotidien de peintre. Alors que le visiteur ne voit qu'un résultat, peut il imaginer, mes hésitations mes prostrations, mes fièvres pendant ce travail? Qu'importe, chacun sa vocation, certains, c'est de peindre, d'autres c'est de regarder. Hier , j'étais un visiteur du Musée G Courbet à Ornans, j'ai longuement traîné de toiles en toiles à chaque fois embarqué par la magie  de la création, par des reliefs, des tons comme une écriture  peut aller bien au delà des mots qui la composent et devenir une image, une musique qui se suffit à elle même.
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org