Photos du Valais: Le raccard en Anniviers


Retour
   
Photos du Valais: Le raccard en Anniviers



Le raccard est une particularité du Valais. Est appelé raccard une sorte de grange d’altitude, construite dans la pente,  cubique, ramassée,  avec un toit à deux pans, posée sur des poteaux. Le bâti est composé de poutrages de mélèze a penne dégrossis, empilés les uns sur les autres tenus entre eux par des découpes à mi bois dans les angles. Le tout est consolidé par des traverses intérieures, et des clés de bois. Le sol du bâtiment est composé d’une croisée de charpente posée en ses angles sur de grands disques plats de pierre appelés palets, servant de chapiteaux aux piliers appelés pilets, ancrés dans la montagne ou bien eux mêmes posés sur les murs d’une maçonnerie formant la pièce inférieure coté pente. Sur le pignon coté soleil on trouve une coursive en balcon et une large porte barrée d’une clé de bois. Parfois suivant l’orientation du bâtiment on trouve d’autres coursives  généralement correspondant aux faces balayées par la course du soleil, ou aux différents étages quand il y en a plusieurs.

Pourquoi autant de technicité dans un bâtiment aussi rustique ? C’est un bâtiment agricole, parfois seul ou regroupé

à d’autres. Il servait dans sa partie la plus basse en maçonnerie d’abri, de hangar pour du matériel, voir de lieu de repos. Le premier niveau de la construction en bois avec un lourd plancher, servait au stockage des gerbes de blé voir d’ ère pour le  battage d’hiver si nécessaire. Les palets de pierre au dessus des pilets permettaient d’isoler le bâtiment du sol et des nuisances des rongeurs. Si la récolte n’avait pas été faite dans de bonnes conditions, les gerbes pouvaient être mises au séchage sur les  balustrades des balcons.

Souvent, au dessus de cette pièce, il y avait une petite pièce sous le toit qui servait de garde manger. Les paysans y conservaient la viande séchée, le lard, les fromages, le pain et bien d’autres victuailles. Ce type de construction garantissait une bonne ventilation sèche  des denrées  et une bonne protection contre les animaux. Parfois ces bâtiments étaient partagés entre plusieurs utilisateurs. Chacun y avait son boxe et sa porte. Aujourd’hui certains raccards perdu en montagne sont en ruines d’autres deviennent des mayens, c'est-à-dire des lieux de villégiature rustiques d’altitude. D’autres sont devenus de véritables  habitations.


     
 
 
 
     
          
     
 
 
 
     
          
   
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org