Carnet de voyage


   
 
 
   
       
   
 
 
   
       
   
 
 
   
      
  Bonnieux regarde vers l'ouest, Lacoste  lui répond. Si Lacoste est du matin, Bonnieux est du soir. Autant Lacoste est blanc, Bonnieux est doré. Je vous invite d'aller de l'un à l'autre par les beaux sentiers qui ont été aménagés à cet effet entre ces deux villages. Vous en perdez subitement un pour rencontrer l'autre, puis c'est l'inverse au détour d'un buisson, d'un mur de pierres sèches. Les sentiers courent entre les vignes, les vergers de cerisiers et les bastides. D'anciens moulins perlent le cour de la petite rivière,où la végétation a profité de l'humidité, de grands peupliers bordent des prairies bien grâces d'un vert profond,  innondées de narcisses enivrantes. De grands joncs tintent sous le vent d'un air nonchalant et vibrant, le promeneur peut errer à travers cette campagne et rêver, porté par le cheminement du sentier, le regard perdu entre la magnificence de l'immédiat et le soupçon de l'horizon. Les surprises délicieuses affluent et me nourrissent de dix projets d'aquarelles.  

 
Retour

Provence: En regardant Bonnieux


 
L'aquarelle : La galerie doit montrer le travail du peintre, faire part de ses doutes de ses erreurs comme de ses réussites. Cette aquarelle de Bonnieux est pour moi un échec. J'aime bien le plan, mais je n'ai pas su le mettre en valeur et lui donner du sens et de la lumière. Les plans ne se marient pas et cette grosse masse du champ de premier plan me gène. Les maisons du village ne me laissent aucune émotion, juste un petit quelque chose du vient des cèdres de l'église. Je pense que je suis resté prisonnier du spectacle et je n'ai pas su le traduire  en force et en lumière  Comment cela aurait il pu se faire? Chacun en regardant cette aquarelle peut avoir une idée, une solution. Qu'il me le dise.
 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org