Carnet de voyage


   
 
 
   
      
 

La toilette. Eté 1976, par une chaleur moite, une séance de photos. J’ai beaucoup aimé ces clichés  ou se mêlaient la beauté  d’une femme à l’ambiance de la chambre de ma grand mère  au milieu des objets d’un autre temps sur lesquels mes yeux  d'enfant s’étaient tant de fois posés avec interrogation et rêverie.

2006. Peindre ce moment imprimé sur le papier tout en lui donnant une interprétation actuelle  et une ambiance plus marquée. Geste qui rend  vie à la faïence d'un atre temps,  fauteuil confortable devant le Godin.

 

 
Retour

Quitteur: intimité


 

J’ai aimé ce travail. Je m'y suis déjà senti un peu plus libre que pour la précédente aquarelle. Je continuerai a fouiller ce thème. Ce qui me gène le plus c’est  de ne pas trouver le regard et les traits des visages. Mes proches reconnaissent tous Brigitte, j’ai plus de mal, je la connais trop et je n’arrive pas à a rendre ce que je connais et ce que j’aime le plus de ses expressions. Cette peinture comme les autres me frustre, m’inquiète,  et me ronge. Peut-être m’en faudra t il  peindre des dizaines pour arriver à rendre ce que je veux rendre. C’est ça l’aventure de la peinture, ce n’est pas tant le résultat qui nous échappe toujours un peu, réussi ou pas, mais l’acte de poser le trait et la couleur qui détermine ce qu’on a dans la tête et qui vient miraculeusement se poser sur le papier.

 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Création site internet, www.melian.org