Réflexion sur ce que j'écris


Retour
   
Réflexion sur ce que j'écris
 



Réflexion sur ce que j'écris sur ce site.

Un ami me dit un jour qu'il était un peu gêné par ce que j'écrivais dans ces pages, ce qui me surprit car mon écriture est spontanée et sort de moi naturellement sans calcul et sans spéculation, cette écriture me ressemble et c'est un peu de moi que je livre ainsi à mes lecteurs que je considère alors comme des proches. Peut-être trouve t il impudique de déballer ainsi des émotions des sentiments qui dévoilent des traits de ma personnalité, de ma sensibilité?il a en partie raison si l'on considère le lecteur comme un anonyme étranger, mais que serait ce site s'il n'était pas le véhicule de ma passion et de ma sincérité?
Dans ce type d'espace, celui qui dépasse la page d'accueil, est déjà dans la presque totalité des cas, un proche, par certains cotés. Bien sûr il peut y avoir par hasard, une fois ou l'autre, un individu mal intentionné, mais que pourrait il trouver dans ce site qui pourrait  l'intéresser, me nuire ou nuire à quelqu'un? Je n'ai plus l'age de m'arrêter à ça.  Non, résolument, je veux être libre, laisser courir les mots, témoigner de mes extases, de mes folies, ou mes amis me reconnaissent et rentrent dans la conversation et l'échange. J'y invite tous mes lecteurs, certains me communiquent des réflexions intéressantes, d'autres se contentent de lire ce que j'ai écrit, ainsi va la vie ou chacun à mon sens, est à sa place. Au bout, il peut y avoir une rencontre humaine, une complicité, une reconnaissance. Impudique? Je ne crois pas , je reste bien sage, je n'ai aucune envie de choquer et pourtant, dans la solitude de mes longues balades,  bien des idées extravagantes m'envahissent parfois et n'ont jamais encore été transcrites ici. Pendant ma vie professionnelle, j'ai été un homme du silence, mon rôle était d'écouter et de porter l'écoute, maintenant, je dis, je livre, des choses, parfois intimes, voire secrètes , dans la simplicité  et le spontanéité d'une écriture que je ne relis pas toujours et qui souvent n'est pas corrigée. C'est pour moi comme une source ou coule l'eau sauvage. Pourquoi l'arrêter?, il n'est plus temps. On peut encore me reprocher mon style qui n'en est pas un d'ailleurs. Je n'ai aucune prétention littéraire, j'utilise les mots parce qu'ils sont fait pour ça et ils m'appartiennent autant qu'aux spécialistes de l'écriture. Je trouve d'ailleurs qu'on écrit plus assez et qu'on laisse ce rôle trop facilement à ces spécialistes . Les mots et l'écriture font partie du droit populaire et je me fous de ceux qui ne partagent pas cet avis. C'est mon droit et je l'exerce en toute liberté. On peut encore me reprocher que de pages en pages je me répète un peu, voire beaucoup. Serte, je ne cherche pas à construire une logique de suite entre mes pages, d'ailleurs les lecteurs lisent un article  ou deux et non pas un livre, alors vu que je ne suis pas dans un exercice littéraire, mais dans la transcription d'un senti, je le fais avec mes mots et je me répète, d'autant que ma richesse intellectuelle et littéraire reste très modeste. Voici donc quelques explications sur le fond de ma démarche car sur la forme et sur le contenu, je ne présage de rien, je peux très bien un jour prochain m'arrêter définitivement d'écrire , ou me mettre à l'inverse à écrire plus librement encore des choses qui me dépasseraient plus largement. C'est une sorte de respiration, une aventure de liberté d'expression. Peut-être devrais je me taire? Mais je n'en n'ai pas l'intention, alors j'invite ceux qui le pensent de passer sur un autre site. Pour les autres, retrouvons nous....

   


 

Jérôme Boillot, tous droits réservés
Cration site internet, www.melian.org